Céline Chapron

Céline Chapron

Grenoble

Coureuse de l'équipe hp 2010 et 2011

Qu’est-ce qui t’a amené a faire partie de la CDC?

C’est un ensemble de choses …

La CDC 2010 a peine terminée, après la montée des Arcs en équipe, vin chaud a la main, on parlait déjà de l’édition 2011 ! Cette année encore, j’avais l’envie de recommencer, de faire encore mieux, i.e. : m’impliquer davantage dans la communication aussi bien interne qu’externe sur cette course qui a pour seul but de faire connaitre l’association Transforme qui soutient le don d’organe.

Une envie énorme également de revivre ca en équipe et de savourer pleinement le bien être de ce que c’est. Il est vrai que seuls les participants au final se rendent compte de la joie qu’on éprouve pendant la course mais surtout a posteriori quant l’adrénaline redescend. C’est pareil pour toutes autres épreuves ou on donne tout de soi-même pour finir au mieux.

Je me rends compte encore aujourd’hui que le don d’organes est rarement un sujet de discussion, ce que je peux comprendre si un de nos proches n’est pas touché. Les gens en général n’y pensent pas comme quelque chose d’évident, alors que quand on rencontre des transplantés et voit qu’ils peuvent revivre un quotidien a peu près normalement, c’est la qu’on comprend ce que ca signifie un don. Je me revois l’année dernière aux cotes de Christine, une ex footballeuse professionnelle qui avait du arrêter sa passion car en attente de greffe. Elle nous racontait sa vie avant d’être transplantée, et maintenant… c’était touchant. Les autres transplantés aussi avaient chacun leur histoire…mais le plus beau c’était de voir leur joie de vivre, leur bonheur a pouvoir recourir et a participer a la CDC avec nous.

Qu’as-tu retire de l’édition 2010 ? Qu’est ce que ca représente pour toi ?

Beaucoup d’émotions !! très fortes émotionnellement dès le départ… Etre prêt de la Tour Eiffel illuminée avec tous les participants et organisateurs a attendre le coup de sifflet pour commencer l’aventure. C’était magique de courir dans les rues de Paris a 11h du soir…

Du bonheur tout au long de la course qu’il fasse beau ou qu’il neige, que les épreuves soient éprouvantes ou moins de la veille, les kinés et les bénévoles mettaient toujours l’ambiance avec la musique et leur danses, les habitants des villages traversées, les enfants et leur cœurs en papier … rien n’atteignait notre moral d’équipe a avancer et profiter de chaque instant.

Ton rôle dans l’équipe ?

Pas vraiment de rôle a proprement dit… juste un esprit d’équipe !

Je faisais partie de l’équipe de nuit l’année dernière… j’appréhendais un peu la fatigue qui s’accumule au jour le jour mais en fait non, c’était finalement pour moi encore mieux parce que je pouvais être présente non stop le jour comme la nuit a suivre tout le déroulement de la course et de chaque coureur.

Cette année, je prends ce que l’on me donne, la nuit comme le jour. Le seul ‘rôle’ que je pourrais avoir est d’être une ‘ancienne’ comme dirait notre cher capitaine, i.e. : être présente pour les nouveaux, répondre a leur questions, faire en sorte que tout se déroule pour le mieux et que ce soit une expérience inoubliable dont on a pas vraiment conscience avant de partir.

Quel a été ton plus beau souvenir ? et le moins bon ?

Il y en a quelques uns… mais celui que je n ;oublierai pas était mon Run&Bike en duo le 2e jour. Il faisait beau, tout le monde avait encore plein d’énergie, mais l’épreuve et le dénivelé s’annonçait challenging. A 10km de la fin, une crampe au mollet droit, impossible d’avancer. L’un de nos accompagnateurs est sorti de la voiture et a fini la course a mes cotes. Les kinés étaient sur le bord de la route et dansaient pour nous motiver avec tous les bénévoles ; même les autres coureurs qui étaient dans les voitures nous soutenaient. 10km que je n’aurai jamais fini sans tout cet engouement commun.

Pas vraiment de mauvais souvenir car il y avait toujours des solutions. Même la perte de la brosse a cheveux a pu être résolu en empruntant une fourchette au resto de l’hotel ;)

Quelles sont tes peurs ?

On a toujours la même … ne pas être a la hauteur, ne pas pouvoir finir une épreuve parce que notre corps ne suit plus notre envie de finir ! Mais comme dans tous domaines, sportifs ou non, je sais que quand on veut, on peut !

Qu’est ce que tu attend de cette édition 2011 ?

J’aimerai connaitre davantage les personnes transplantées, voir les changements dans leur vie depuis l’année dernière. C’est enrichissant de parler avec eux et puis ca nous ramène a la réalité. J’y pense pendant mes sorties CAP quand la fatigue se fait sentir et je me dis qu’il ou elle seraient a ma place, elle dépasserait leur fatigue pour finir.

 

 

 

L’équipe HP et contacts avec autres équipes ?

La sélection des personnes par les capitaines de chaque équipe prend en compte beaucoup de choses, et non pas seulement la performance … il est important d’avoir une cohésion, un lien qui unit chacun. Le don de soi, l’envie d’aider les autres et d’envoyer du steak ( petit clin d’œil a ma sœur spirituelle de l’édition 2010/2011) fait que tout se déroule pour le mieux sans avoir même a se poser des questions. Chacun y met du sien dans les moments de fatigue, HP ou non HP. Quand on visualise les films de l’an dernier, on voit juste que c’est un événement démentiel dans la joie et la bonne humeur.

Par ici pour lire ce que Celine avait dit l'an dernier